L'histoire de l'ANMSM

« Rappeler d’où l’on vient pour mieux savoir où aller. »
Jean Faure

anmsm-70-an-nice-2016

En 2016, l’Association Nationale des Maires de Stations de Montagne (ANMSM) a fêté son soixante-dix septième anniversaire. Plus de soixante-dix ans à se battre pour la reconnaissance des spécificités des stations de montagne françaises, à défendre leurs intérêts avec passion et à les accompagner dans leur développement pour mieux se préparer aux grands défis de demain.

Raconter l’ANMSM revient à plonger dans l’Histoire de la montagne française. Naissance des différentes générations de stations, loi de décentralisation, loi Montagne… Impossible de ne pas être frappé, en regardant dans le rétro, par la proximité existant entre les grandes dates de l’institution et celles de ce territoire si particulier.

« A chaque révolution de la montagne, l’Association était là », confirme Jean FAURE, ancien sénateur maire d’Autrans membre de l’ANMSM depuis 1970. 

Dans des domaines aussi divers que la promotion, l’équipement, la sécurité en montagne ou l’accueil des familles, les actions d’hier ont laissé une trace, belle et profonde. Permanence et continuité sont aujourd’hui encore deux fondements de l’ANMSM.

16 février 1945 : le jour où…

L’histoire débute un jour d’hiver 1945, dans un contexte d’après-guerre et de nécessaire reconstruction. Le tourisme d’hiver apparaît alors comme l’une des branches de l’économie nationale capable de contribuer au redressement. Face à une concurrence étrangère naissante, notamment en Suisse et en Autriche, le commissaire général au tourisme désigne quinze stations susceptibles d’intégrer le Comité des Stations Françaises de Sports d’Hiver*. Officiellement créé le 16 février 1945, ce dernier a pour but de rompre l’isolement, de coordonner l’action des stations de montagne, d’assurer leur structuration et établir des contacts avec les pouvoirs publics. Son premier Président est Jacques Mouflier, qui représente la station de Val d’Isère.

« Certains diront de notre Comité : encore un Comité ! A quoi cela va-t-il servir ? Ils en ont tant vu, il est vrai que leur scepticisme est excusable. A nous de démontrer le contraire et d’agir. » - Jacques Mouflier

4 novembre 1977 : le Comité des Stations devient Association de Maires

A la fin des années soixante-dix, le Comité des Stations connaît un tournant majeur. Dans son rapport moral du 4 novembre 1977, le Président MOREL énonce combien ce dernier « devient de plus en plus l’association des maires et des collectivités locales qu’il représente. » Le conseil d’administration du Comité propose alors de changer d’appellation, mettant ainsi l’accent sur la représentation des élus. « L’association agissant au nom des maires aura un poids plus grand aux yeux de l’administration », explique Charles GINESY, Président de 1979 à 1986. Le Comité des Stations Françaises de Sports d’Hiver devient officiellement l’Association des Maires de Stations Françaises de sports d’Hiver.

2003 : naissance de l’ANMSM

En 1989, l’Association passe à l’heure de la pluri-saisonnalité. La montagne étant aussi une destination estivale, les maires créent « l’Association des Maires des stations françaises de sports d’hiver et d’été ».

Quatorze ans plus tard, en 2003, l’appellation se transforme en « Association Nationale des Maires de Stations de Montagne » (ANMSM). Un changement d’identité qui s’accompagne d’une structuration importante, notamment en termes d’action législative.

« Pour pouvoir être efficace dans la défense des intérêts montagnards, il est primordial d’être au courant des textes de loi dès les premières secondes de leur gestation », explique Gilbert BLANC-TAILLEUR, Président de 2001 à 2014.

2010 : L’ANMSM fonde France Montagnes

Les années 2000 sont aussi celles du changement en ce qui concerne la promotion. En 2010, France Montagnes voit le jour à l’initiative de l’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne, de Domaines Skiables de France et du Syndicat National des Moniteurs du Ski Français. « Mon objectif comme celui de Pierre LESTAS et de Gilles CHABERT, était que la montagne puisse parler d’une seule voix » précise Gilles BLANC-TAILLEUR, alors président de l’ANMSM. Un pari relevé avec brio.

* Les quinze stations membres du CSFSH lors de sa création : Auron, Barèges, Briançon Montgenèvre, Chamonix, Font Romeu, Le Mont Dore, La Clusaz, Luchon-Superbagnères, Val d’Isère, l’Alpe d’Huez, Megève, Beuil, Morzine, Saint Gervais, Villard de Lans.

70 ans, neuf Présidents

Les cinq Présidents du Comité des Stations Françaises de Sports d’Hiver (CSFSH)

  • Jacques MOUFLIER (1945 – 1963).

  • André GRILLET (1963 – 1967)

  • Bernard LE GOFF (1967 – 1977)

  • Maurice MOREL (1977 – 1978)

  • René FAURE (1978 – 1979)

Les quatre Présidents de l’Association Nationale des Maires de Stations de Montagne (ANMSM)

Charles GINESY, Président de 1979 à 1986
Charles GINESY fut le premier Président de l’ANMSM. A la tête de la municipalité de Péone-Valberg de 1959 à 2001, il dirigea également le Conseil Général des Alpes Maritimes de 1993 à 2003. Charles GINESY est le père de l’actuel Président de l’ANMSM, Charles-Ange GINESY.  Il est décédé le 30 décembre 2012 à l’âge de 90 ans.

Gérard MORAND, Président de 1986 à 2001
Gérard MORAND fut Maire de Megève pendant trente et un ans, de 1977 à 2008. Grand nom de la montagne française, il fut notamment décoré de la médaille d’or Jeunesse et sports en 1983. Il est décédé en décembre 2014 à l’âge de 78 ans. Il fut le Président qui resta le plus longtemps à la tête de l’ANMSM.

Gilbert BLANC-TAILLEUR, Président de 2001 à 2014
Maire de Saint-Bon Courchevel de 1997 à 2014, Gilbert BLANC-TAILLEUR a notamment participé à la naissance de la Charte nationale du développement durable, du label Famille Plus et à la création de France Montagnes en 2010.

Charles-Ange GINESY, Président depuis 2014
Président du Syndicat Intercommunal de Valberg et de la Communauté de Communes Alpes d'Azur, Charles-Ange GINESY est un éternel passionné de montagne. Il a successivement été moniteur, exploitant de remontées mécaniques et hôtelier. Président de l’ANMSM depuis 2014, il est particulièrement attaché aux thèmes du numérique et du développement durable.