• Accompagner
  • Représenter
  • Promouvoir

9 propositions pour un plan montagne afin de renforcer l'attractivité des stations

Face aux contraintes croissantes qui pèsent sur la gestion de leurs collectivités (errements des transferts de compétences, pression budgétaire…) les communes supports doivent retrouver leur pouvoir de décision et d’action pour garantir l’avenir des stations de montagne.

 

Plan montagne ANMSM

 

FAIRE DU TOURISME UNE PRIORITE NATIONALE

Avec un poids économique estimé à 7,2% du PIB, le tourisme est l’un des premiers secteurs économiques français. En montagne, les stations génèrent 120 000 emplois et un chiffre d’affaires annuel de 9 milliards d’euros. Aménagement du territoire, création d’emplois, développement économique… le tourisme représente un exceptionnel potentiel de croissance pour la France. Pour l’exploiter et faire face à une concurrence internationale de plus en plus forte, il est nécessaire de se doter d’un véritable Ministère du tourisme et d’une politique touristique ambitieuse, dont une réelle stratégie de développement de la montagne.

PRESERVER LES CAPACITES D’INVESTISSEMENT DES COLLECTIVITES

Pour accueillir chaque année plus de 10 millions de touristes, dont 30% de touristes internationaux, les communes supports de stations de montagne doivent réaliser d’importants investissements. Leur capacité d’autofinancement est toutefois aujourd’hui menacée par les pressions budgétaires croissantes liées à la baisse des dotations de l’Etat et à l’augmentation des prélèvements au titre de la péréquation. La population touristique et les charges induites doivent être davantage prises en compte dans les mécanismes de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) et du Fonds national de Péréquation des ressources Intercommunales et Communales (FPIC).

SIMPLIFIER ET RENDRE AUX MAIRES DES MARGES D’AUTONOMIE EN MATIERE D’URBANISME

Les contraintes applicables dans les stations de montagne en matière d’urbanisme sont importantes et souvent incompatibles avec l’agilité et la souplesse requises par les territoires pour s’adapter aux évolutions de leurs besoins. Les maires de stations de montagne doivent maitriser leurs documents d’urbanisme et disposer d’outils efficaces et de leviers financiers pour porter de nouveaux projets touristiques dans un objectif notamment de diversification des activités, résister à la pression immobilière, comme pourrait, par exemple, le permettre le rétablissement des coefficients d’occupation des sols (COS), ou encore encourager la rénovation des hébergements.

DYNAMISER L’EMPLOI ET RENFORCER LES SERVICES AUX PUBLICS : EDUCATION, SANTE…

Un cadre de vie dynamique conditionne la capacité des stations à demeurer des territoires innovants. Le développement de formations bi-qualifiantes adaptées à la pluri-activité et à la saisonnalité, le soutien à l’emploi, avec par exemple la pérennisation de l’accès au dispositif de l’activité partielle pour les régies directes, ou encore le maintien d’écoles avec une prise en compte renforcée des enfants des saisonniers sont des attentes fortes des territoires de montagne. Les populations locales ou touristiques doivent également pouvoir bénéficier de services de proximité et de qualité, en matière notamment de santé et d’accès aux soins avec une installation facilitée des médecins en zone de montagne et une rationalisation de la prise en charge des blessés sur les pistes de ski.

DEVELOPPER DES SMART STATIONS

La dimension numérique a transformé notre société. La connexion entre les personnes, ainsi qu’avec les objets révolutionne aussi bien la gestion des collectivités locales que l’activité touristique. L’économie ne peut plus être envisagée sans son volet numérique. Il est urgent que les politiques publiques mettent à disposition de la montagne les outils qui lui permettront d’accéder à la société numérique. Moins de la moitié des stations françaises ont une couverture partielle en téléphonie 4G et seules 20% d’entre elles ont un accès en fibre très haut débit qui couvre plus de 50% de leurs logements. La « station connectée » doit devenir une réalité pour une montagne 100% digitale.

CONFORTER LA SAISON D’HIVER

Véritable atout de notre territoire, le domaine skiable français est le premier domaine skiable européen. Si été comme hiver, la montagne offre une large gamme d’activités, la pratique du ski alpin et nordique et les activités liées à la neige restent les principaux vecteurs de fréquentation des stations de montagne. Sécuriser la saison d’hiver, cruciale pour l’équilibre économique des territoires, nécessite de poursuivre l’équipement des stations afin de réduire l’exposition à l’aléa météorologique.

INNOVER POUR UN TOURISME DURABLE 4 SAISONS

Diversification des activités touristiques hiver comme été, préservation des paysages et des espaces naturels, transition énergétique, renouvellement des clientèles, accessibilité… les stations de montagne sont engagées dans une démarche de développement durable depuis de nombreuses années. Leurs efforts nécessitent d’être soutenus et relayés par l’Etat avec des subventions dédiées pour démultiplier les actions des stations engagées par exemple dans la dynamique Cimes Durables de l’ANMSM

SUSCITER UN ENGOUEMENT POUR LA MONTAGNE AUPRES DES JEUNES

Le Label Famille Plus, crée par l’ANMSM en partenariat avec l’ANETT et les stations vertes, permet de mettre en place des actions en faveur des familles. Ce label doit devenir une référence nationale. L’ANMSM demande qu’une réflexion soit engagée avec le Ministère de l’Education Nationale sur les classes de neige. Il faut redonner aux enseignants l’envie d’initier ces classes découverte tout en leur proposant des séjours attractifs. Les stations doivent porter l’effort dans ce domaine en lien avec l’Etat. Enfin, une véritable concertation doit être instaurée entre l’Etat et les acteurs de la montagne et du tourisme concernant le calendrier scolaire. Celui-ci est déterminant pour les professionnels puisqu’une grande partie de la saison se joue pendant les vacances de février. Il doit prendre en considération la santé des enfants tout en favorisant leur réussite scolaire.

PROMOUVOIR LA MONTAGNE FRANÇAISE EN FRANCE ET A L’INTERNATIONAL

La promotion collective de la montagne française est aujourd’hui essentiellement assurée par France Montagnes, association créée à l’initiative de trois membres fondateurs (ANMSM, Domaines Skiables de France et le Syndicat National des Moniteurs du Ski Français). Le budget investi, avec la participation d’Atout France pour promouvoir la montagne française est cependant bien trop faible en comparaison de ceux de nos concurrents autrichiens, suisses… La promotion doit être au coeur d’une stratégie ambitieuse de l’Etat pour les territoires de montagne avec le lancement d’une grande opération de communication nationale et internationale de promotion de la France et notamment de la destination montagne, tant en période hivernale qu’estivale.